sans-titre

Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, dans des familles on ne peut plus différentes. Ruth est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée. Dana est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu'elle voit, entend ou touche. Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir. Situé dans le New Hampshire rural et raconté alternativement par Ruth et Dana, Les Filles de l'ouragan suit les itinéraires personnels de deux « soeurs de naissance », des années 1950 à aujourd'hui. Avec la virtuosité qu'on lui connaît, Joyce Maynard raconte les voies étranges où s'entrecroisent les vies de ces deux femmes, de l'enfance et l'adolescence à l'âge adulte - les premières amours, la découverte du sexe, le mariage et la maternité, la mort des parents, le divorce, la perte d'un foyer et celle d'un être aimé - et jusqu'au moment inéluctable où un secret longtemps enfoui se révèle et bouleverse leur existence.

L’art de Joyce Maynard c’est d’écrire un roman d’Amour extraordinaire à partir d’un fait banal. On se laisse porter par l’écriture douce et limpide qui rend les drames de la vie moins lourds. J’ai été particulièrement émue par la relation entre Dana et Clarisse et la fin de vie de celle-ci. Joyce Maynard sait ne pas s’enliser dans les détails morbides et inutiles elle sait manier le suspens surtout vers la fin du livre. Les chapitres de Dana et Ruth alternent avec un équilibre parfait, les thèmes abordés sont nombreux : l’homosexualité, les liens du sang, l’art, l’évolution des mœurs en Amérique des années 50 à nos jours, la culture, l’élevage, la condition féminine, la fin de vie. On retrouve cependant beaucoup  de points communs dans les deux livres que je viens de lire et c’est un peu trop comme l’amour père fille, la famille déjantée, j’aurai dû laisser un peu de temps entre ces deux lectures. Même dans les titres on retrouve dans celui-ci aussi un deuxième sens les filles désignent bien sûr Ruth et Dana mais aussi les nouvelles pousses des pieds de fraises. j’ai aimé la combativité de ces 2 femmes qui foncent droit devant malgré les obstacles les soucis les catastrophes : une belle leçon de vie. Comme d’habitude j’ai eu le petit moment d’ennui et de longueur mais elle a le chic de rattraper tout cela avec une fin à rebondissements.