CVT_Avant-que-naisse-la-foret_3891

Albert la quarantaine est un pur parisien mais ses racines sont en Mayenne au milieu des forêts dans une maison familiale là où sa mère a vécu les dix dernières années de sa vie  il est le seul garçon d’une lignée de femmes. Le 15 août sa mère meurt afin d’organiser l’enterrement, à la recherche d’un disque d’une musique pour accompagner l’office il reste sur place et fouille la maison les placards les armoires il erre dans  les champs les bois autour du lac le temps passe et ses souvenirs reviennent. Avec pour seule compagnie l’urne des cendres de sa mère il sombre peu à peu dans un autre monde happé par les bruits les voix les hallucinations. A la frontière du réel et de l’imaginaire cet auteur nous dresse le portrait d’un homme qui veut se libérer de son passé et pour cela il va faire un immense feu devant la maison, un brasier dit-il exactement,  casser les meubles déchirer ses cahiers on pense alors qu’il a sombré dans la folie mais il nous rassure « Que suis-je venu faire ici ? » « Je ne suis pas fou du tout »

Un premier roman très original mi- roman mi- fiction qui au fil des pages monte en puissance on perd haleine et on a du mal à reprendre son souffle. Un livre angoissant comme cette forêt qui prend Albert pour ne plus le lâcher et mieux l’enfermer dans sa quête du passé prisonnier de ses racines et des racines de la forêt. Des successions de phrases courtes une très belle écriture un vocabulaire pointu et violent dans ces 62 petits chapitres font de ce livre un véritable plaisir de lecture.