9782226400192-j

Ce que dit la quatrième de couverture :

Elles ont fait le serment de renoncer à leur condition de femme. En contrepartie, elles ont acquis les droits que la tradition réserve depuis toujours aux hommes : travailler, posséder, décider. Manushe est l’une de ces « vierges jurées » : dans le village des Balkans où elle vit, elle est respectée par toute la communauté. Mais l’arrivée d’Adrian, un être au passé énigmatique et au regard fascinant, va brutalement la rappeler à sa féminité.

Un premier roman sur la construction culturelle des êtres et l’oppression des communautés traditionnelles envers les femmes. Un questionnement sur la liberté des désirs et des comportements. Baignant dans un climat aussi concret que poétique, ce premier roman envoûtant et singulier d’Emmanuelle Favier a la force du mythe et l’impalpable ambiguïté du réel.

C’est à la page 208 que l’on comprend le titre de ce livre bouleversant et puissant : « Considérant le chemin qui l’avait menée au bord de ce lac, elle repensait aux rivières qui pour former l’étendue continuaient de braver la roche, le gel et la sécheresse. »

Manusche enfant assiste à un mariage elle est terrorisée par les codes traditionnels  et l’air désespéré de la mariée. Peu de temps après elle surprend une conversation entre ses parents et deux hommes elle comprend qu’il s’agit de son avenir et de son mariage, elle restera vierge. Une cérémonie particulièrement émouvante la déclarera Vierge jurée et lui donnera un statut au sein du village.

 Comme les rivières Manusche , Dorian, et  Dirina trois des principaux personnages de ce livre devront affronter bien des tourments pour trouver un lieu qui puisse  apaiser leur traumatisme et leur permettre de vivre heureuses : trois femmes au passé douloureux qui cherchent leur chemin. Il est impossible de raconter plus que cette quatrième de couverture car on dévoilerait  alors des secrets des liens qui donnent à ce livre tout son attrait. Des décors, des paysages sauvages des endroits glauques des amours interdits donnent à ce roman un côté irréel un côté violent un côté macabre mais des passages plein d’amour  de sensibilité et de beauté nouent la gorge, des scènes très fortes comme Manusche qui achète un miroir pour découvrir son corps, comme Dirina à la recherche de ses origines. Mais c’est  Adrian, personnage énigmatique, victime de sévices dans son enfance qui occupe la plus grande partie du roman. En racontant à Manusche son passé il ou elle fait de ce roman un livre particulier. Moi qui lis particulièrement vite parfois trop vite dès la page 200  j’ai lu doucement  pour mieux le sentir  mieux savourer chaque mot chaque phrase et ne pas quitter ces personnages auxquels je m'étais attachée . Une très belle écriture, une histoire originale feront certainement dès sa sortie (fin août 2017) un coup de cœur pour beaucoup de lecteurs. Magnifique et poignant ce premier roman!

 

Merci à Version fémina