414hK00jKtL__SX195_

Dès l’incipit j’ai été happée par ce roman, une écriture hachée, des phrases courtes, une auteure qui va à l’essentiel et ne s’encombre pas de descriptions inutiles. Une femme Mathilda dans une voiture sur un parking elle se démaquille se déshabille puis enfile sa tenue de sport  Laurent apparaît. Et me voilà  dans cette famille qui va exploser ; Laurent a tout pour être heureux une femme Solange professeur des écoles  qu’il adore depuis 20 ans, un fils Thomas de 16 ans, une fille Claire de 13 ans, une belle maison dans un quartier agréable mais depuis plusieurs années il ne sent pas bien dans son corps il se sent femme, il se sent « Clandestin dans son propre corps » page212. Il a essayé de lutter contre cette évidence mais en vain. Certains écrivains s’emparent d’un sujet soit ils le survolent soit ils creusent  s’enlisent  et nous ennuient, Leonor de Recondo sait rester sur la ligne et comme une équilibriste elle sait nous émouvoir elle sait développer chaque sentiment. Chaque personnage la femme la fille le fils la collègue Estelle réagira avec justesse et sincérité, elle n’oubliera pas les voisins les camarades des enfants les autres collègues le patron etc……………..après ce tsunami familial chacun essayera de retrouver sa place et d’avancer dans sa nouvelle vie avec Lauren. Il faudra « Expliquer,  expliquer, expliquer. » comme l’auteur le fait dire à Claire à la page 211. Ce livre est un magnifique hymne à la tolérance porté avec finesse sous la plume délicate de Léonor de Recondo. J’ai beaucoup aimé ce livre mais Amours paru en 2015 m’a encore plus émue.

« Si je ne me suis jamais senti homme, je me suis toujours senti père »