sylvie le bihan

Lundi 7 décembre 2015 Hélène est dans une chambre d’hôtel à Grenoble elle ne trouve pas le sommeil. Dans deux jours, elle sera appelée  à comparaître lors du procès en appel de Joël Domois. Le 14 juillet 1984, la vie d’Hélène a basculé mais depuis 31 ans elle a tout fait pour oublier ce jour-là  « L’oubli est une stratégie de survie……………mais aujourd’hui ça m’explose à la gueule ». Hélène est une écrivaine connue, elle a participé fin septembre à un salon du livre à Briançon, elle y a rencontré Léo un jeune écrivain et c’est à lui qu’elle va écrire et lui raconter ce qui lui est arrivé le 14 juillet et comment elle a vécu jusqu’à ce jour avec cette souffrance bien cachée avec des cauchemars avec une vie débridée : tout pour masquer la vérité.

Elle écrira jusqu’au bout pour  se libérer de ses tourments mais comme moi elle restera bouche bée devant le dénouement imprévisible de ce roman presque un thriller. Sylvie Le Bihan creusera dans l’attitude des parents d’Hélène, démunis avec des œillères pour ne pas voir la vérité en face et surtout ne pas avoir à parler avec leur fille de chose intime ne pas affronter l’impensable l’improbable et se protéger. Hélène ne racontera qu’à deux personnes son viol, oralement à Laura personnage rencontrée à Boston et par écrit à Léo. C’est aussi tous les symptômes post-traumatiques d’une telle agression que Sylvie Le Bihan va décliner tout au long de ce roman, elle va les analyser, les commenter aborder sans détour toutes les questions que se pose la victime, supporter tous les regards et enfin renaître se libérer de son passé,  vivre et aimer. Roman porté par une belle écriture que j'ai lu d'une seule traite !