le lambeau

Le 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie hebdo, Philippe Lançon journaliste reporter  de 52 ans est laissé pour mort par ses agresseurs, il a le visage en sang mais surtout la mâchoire explosée. Dans ce récit bouleversant  de  500 pages, il va retracer les 282 jours d’hospitalisation d’opérations de rééducation qu’il va passer dans un autre monde, le monde des soignants.

Philippe Lançon est bavard très bavard trop bavard parfois mais certains passages sont tellement intensifs que je lui pardonne et peut-être que sans voix pendant de nombreux jours, il se rattrape.

Ce n’est pas un livre que le lecteur dévore mais un livre qui se digère tant il est douloureux qui se savoure tant l’écriture est littéraire qui se décortique tant les réflexions sont profondes.

Avec pudeur sans mélo sans pathos, ni haineux ni pleurnichard, ce livre est une analyse sur le basculement de sa vie, sur les gens qui étaient dans sa vie et n’ont plus leur place sur ceux qui entrent dans sa vie : rien ne sera plus pareil. Amours ( Marilyn son ex- femme, Gabriela sa compagne ), famille, copains, amis, croyances, foi, souvenirs tout est remis en question , tout est différent ; est entré dans sa nouvelle vie, le personnel soignant (sa chirurgienne Chloé ) sa chambre est devenue son cocon son refuge et c’est là que commence sa reconstruction physique et mentale.

« Je n’avais pas de chagrin, j’étais le chagrin »

« Je n’avais pas de douleur, j’étais la douleur »

Un livre que je n’oublierai pas.