desarthe

Trois personnages  Hector grand professeur, Sylvie la femme d’Hector et Lester le fils sont dans l’avion à destination des états Unis où ils partent habiter c’est « la chance de leur vie »  Hector est nommé professeur dans une université. Dès le début on sent dans l’avion que ces trois personnes ont un problème de communication et que l’adaptation ne va pas être facile, leur relation paraît chaotique. Le début est un peu lent et je perds vite le fil de l’histoire ; victoire page 68 l’auteure change de rythme et je suis ravie mais cela ne va pas durer. C’est Sylvie le centre du roman mais elle n’a pas réussi à me toucher même ses histoires drôles de machine à laver même ses sculptures en forme de légumes et de chaussures m’ont laissée de marbre. La douce folie du fils Lester qui ne répond qu’au nom d’Absalom Absalom et qui semble ne pas toucher terre m’a ennuyée. Je suis restée sur le bord du chemin tout au long du livre pourtant j’ai lu plusieurs romans d’Agnès Desarthe avec plaisir, j’aime écouter ses interventions mais là dans ce roman j’ai eu l’impression que tout sonnait faux.