v_book_600

Avec ce roman historique j’ai  plongé en plein moyen âge vers les années 1310 à Paris dans le quartier du Marais et j’ai découvert  la vie des béguines, ces femmes de l’ombre que je ne connaissais pas. Isabel  l’intendante est celle qui occupe le premier rôle dans ce roman c’est elle qui organise dirige décide complote dans cette communauté, elle connaît grâce à sa grand-mère le pouvoir des plantes qu’elle cultive dans son potager, elle soigne autant l’âme et le corps, d’elle émane une grande bonté. Le roman commence par la description de la mise à mort d’une femme sur un bûcher, sur cette place il y a aussi un homme Humbert qui assiste au spectacle il remarque une jeune fille rouquine cachée sous un capuchon. C’est Maheut une jeune femme qu’on va suivre durant 4 années. L’auteure va nous dresser les portraits de ces femmes qui ont fui le mariage ou le remariage parce que veuve et qui veulent rester libres  de vraies héroïnes, des femmes courageuses et admirables qui refusent l’autorité de l’homme mais le clergé veille et surveille. J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce roman les descriptions mais j’ai trouvé qu’au début le côté historique l’emportait sur le côté roman, et que l’histoire avait du mal à se mettre en place j’ai nettement préféré la fin qui se concentre sur Maheut Leonor et Ade. Un bon moment de lecture, une belle découverte qui m’a fait penser à Jeanne Bourin dont j’avais adoré les livres il y a quelques années enfin en 1980. Belle écriture un peu trop chargée à mon goût.