20190404_092703

20190404_092708

31wT8ULSuLL__SX195_

 

« Vieillir c’est apprendre à perdre » voilà avec ces trois mots le résumé de ce nouveau roman de Delphine de Vigan, petit roman par le volume puisqu’il n’y a que 192  pages mais grand roman par les émotions qu’il libère. Trois personnages, d’abord Madame Seld  « vieille femme » comme elle aime le dire  puisqu’on dit bien « « jeune femme »  elle  ne répond qu’au nom de Michka,  puis Marie sa jeune voisine et Jérôme le kiné, ils se partagent ce magnifique huis-clos qui se passe dans la chambre de Michka à l’ehpad, on n’est pas loin de la pièce de théâtre. Trois personnages qui ont en commun d’avoir vécu à un moment de leur enfance un abandon  qui ont été recueillis et qui aimeraient aujourd’hui dire leur gratitude, en un mot : dire merci. Michka enfant juive a été confiée  par ses parents pendant la guerre  à un couple dont elle ne connaît que les prénoms, ses parents emmenés en camp de concentration ne reviendront pas. Elle aimerait rencontrer ce couple qui l’a recueillie et surtout les remercier avant de quitter ce monde. Marie est une jeune femme à l’enfance douloureuse  car elle avait une mère  absente déficiente et c’est Michka sa voisine qui l’a souvent accueillie nourrie consolée. Le troisième personnage c’est Jérôme le kiné de l’ehpad qui n’a plus de nouvelles de son père car leurs relations ont été très douloureuses. Il se confie un peu à Michka. Jérôme et Marie ne se croiseront pas au chevet de Michka mais chacun leur tour ils nous raconteront les derniers moments de la vie de Michka. Quant à Michka ,elle, c’est en passant par le rêve qu’elle nous parlera .La réflexion tout au long de ce roman est portée sur les transformations du quotidien quand la vieillesse prend possession de notre corps de notre esprit et surtout de notre langage puisque Michka ne trouve plus ses mots, l’auteure a traité ce phénomène avec drôlerie j’ai pensé à l’écriture de Pef avec ses mots tordus. Avec finesse humour réalisme Delphine de Vigan traite un sujet triste et délicat sans le rendre plombant. Je me suis reconnue dans Marie, j’ai reconnu mes parents dans Michka et j’ai reconnu certains personnels soignants dans Jérôme. Après les loyautés que j’avais franchement détesté je retrouve Delphine de Vigan celle des heures souterraines de No et moi etc………….Un coup de cœur !Merci Delphine!