CVT_a-raconte-Sarah_7169

Un roman surprenant déroutant ambigu qui ne laisse pas indifférente. Dès  l’incipit l’auteure joue avec les mots et avec nous car on se pose plein de  questions une fois lues ces trois premières pages et j’ai repris ma lecture une deuxième fois c’est donc une femme qui parle « je suis couchée » et à côté d’elle une femme « je la regarde dormir » seules ces deux phrases nous renseignent sur les deux personnages, cette dernière semble morte peut-être d’un cancer elle est chauve. On entre alors dans la première partie  faite de 82 petits chapitres et on découvre Sarah en 7 lignes dans le chapitre 1 puis la deuxième femme celle qui écrit et dont on ne saura jamais le nom qui a une petite fille sans prénom et dont le père a disparu, elle a un compagnon et des parents merveilleux. Mais elle est en latence et attend que quelque chose se passe. Une passion folle destructrice ravageuse toxique impossible va éclore entre ces deux femmes qui se rencontrent  un 31 décembre et se découvrent pendant la première partie  et puis il y aura la deuxième partie avec ses 30 chapitres plus longs parsemés non plus de l’expression  « elle est vivante » mais « elle est morte ».

Je n’ai pas été  passionnée par cette histoire mais admirative par l’écriture de cette jeune auteure car c’est un premier roman original et que je trouve beaucoup d’audace à cette auteure pour écrire des sentiments si aboutis. Un livre qui n’a pas d’épilogue parce que tout n’est pas dit tout n’est pas expliqué. A découvrir !