CVT_Lhomme-qui-senvola_6419

Antoine Bello : une belle découverte.

La famille Walter est composée de cinq personnes, le père John dirige une très grande entreprise dans le transport express, entreprise familiale léguée par son beau-père, sa femme Sarah gère les enfants et l’intendance de la maison d’une main de maître «  passionnément investie dans le projet le plus noble qui soit : l’éducation de trois petits d’homme »,  deux ados Andy 18 ans,  Jess 16 ans et un petit dernier de 11 ans Joey. La famille est fortunée et vit confortablement. Dès le début le narrateur explique le malaise de la famille plus exactement du père « Walter détestait sa vie » et ne pouvait plus supporter son agenda surbooké, il étouffe littéralement. La situation n’est plus possible pour lui, il cherche comment se sortir de cet enfer sans blesser personne car il aime sa femme ses enfants. La seule solution est de disparaître pour rendre à sa femme sa liberté et lui reprendre la sienne et rester aux yeux de l’entreprise le vrai boss. Il va élaborer son  plan et le mettre à exécution mais c’est sans compter sur l’arrivée de Nick Shepherd un détective très compétent spécialisé dans les disparitions. Après la présentation du problème et le montage de la disparition, à la page 103 Antoine Bello change de rythme et de style, il  passe au roman choral en laissant la parole tantôt à Walter tantôt à Sarah tantôt à Nick, trois personnages qui sont entrés dans une spirale infernale trois personnages qui étouffent et réclament leur liberté. Le rythme est soutenu et j’ai dévoré ce roman qui m’a captivée jusqu’au bout. Roman qui dès la page 152 se transforme en policier haletant et c’est ce qui rend le livre passionnant. Une écriture fluide et une analyse très juste du : je veux changer de vie j’étouffe. J’ai beaucoup aimé et je vais aller de ce pas découvrir un autre roman d’Antoine Bello.