14 décembre 2018

Le silence même n'est plus à toi de Asli Erdogan

Asli Erdogan est une romancière turque, en 2016 suite à la tentative de coup d’état de juillet elle publie dans un journal pro-kurde des chroniques qui ne plaisent pas, ces chroniques l’enverront dans la célèbre prison de Bakirköy à Istanbul et seront publiées en France dans un livre : « Le silence même n’est plus à toi ». 29 chroniques courtes que je n’ai pas lues à la suite, j’ai commencé cet été, car il faut souffler respirer faire des pauses pour pouvoir apprécier la belle langue concise et poétique de Asli... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 octobre 2018

Matin brun de franck Pavloff

  Matin brun de Franck Pavloff paru en 1998 c’est 10 pages d’une intensité extrême à lire absolument. Ils sont deux hommes le narrateur et Charlie son copain ils discutent de la vie de tous les jours mais surtout de la disparition de son chat pour le narrateur de son chien pour Charlie parce que pas bruns et brun c’est la nouvelle race autorisée par le régime. Et puis c’est la fermeture d’un journal, des livres interdits et tout ça dans la plus grande indifférence. Lorsque les deux amis seront conscients il sera trop... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2018

Cartes postales de Grèce de Victoria Hislop

Avant de commencer la lecture de ce roman la première chose que l’on remarque en le feuilletant vite fait ce sont les photos qui agrémentent le livre, les titres de chapitres comme une pellicule photo de cinéma, le dos de cartes postales et deux sortes d’écriture, cette présentation est remarquable et invite à la lecture. Je n’ai pas lu ce livre dans n’importe quelle condition : je suis en Grèce dans les Cyclades. Ellie jeune femme célibataire anglaise découvre chaque semaine dans sa boîte aux lettres des cartes postales de... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 août 2018

Passions acides au Havre

  C’est avec un certain plaisir que j’ai retrouvé Laurent Duverger commissaire au Havre, sa 404, ses parents, son HLM  Perret, son pote Christian Caluchon,  il est surtout le personnage central et sympathique des trois romans policiers écrits par Thierry Lepoire. Rien d’étonnant à ce que le romancier écrive à la première personne car Laurent Duverger et lui ne font qu’un. Thierry Lepoire  nous trimballe dans Le Havre des  années 67 et on sent que cette période c’est toute  son enfance sa jeunesse ... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 août 2018

La Maison Au Bord de la Nuit de Catherine Banner

Quand, sur la petite île de Castellamare, au large de la Sicile, sa femme et sa maîtresse accouchent en même temps, Amadeo Esposito,  colosse de 2m10, orphelin né en 1875, médecin sait que cela ne va pas être facile à gérer.  Même en invoquant Santa Agata sainte patronne locale qui soigne les esprits brise les malédictions et dont les miracles avérés ou pas chamboulent la vie quotidienne des habitants, rien ne pourra le sauver des rumeurs. Contraint de démissionner, c’est  dans le café « Au Bord de la... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 août 2018

La gouvernante suédoise de Marie Sizun

« Il y a des histoires étranges dans toutes les familles. Des secrets, des choses inavouables, inavouées, quelquefois terribles, sur lesquelles les adultes se taisent, comme si le silence pouvait étouffer la réalité, et, qui sait, la faire disparaître. Mais il arrive que, malgré tout, des mots s’échappent, parviennent aux oreilles des enfants distraits, et même à demi, ils les entendent. Un jour, ces mots prennent sens, et une histoire singulière se dessine. » Et c’est le prénom de Livia prononcé par sa grande tante Alice... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 juillet 2018

D'acier de Silvia Avallone

Un pays : l’Italie Une région : la Toscane Une ville ouvrière au bord de la mer : Piombino Une rue : la via Stalingrado 4 barres d’immeuble, une aciérie Deux familles dans le même escalier : les Sorrentino et les  Morganti Une époque les années 2000 Deux filles inséparables  Anna et Francesca du collège au lycée Et en face un rêve : l’île d’Elbe Cette jeune auteure italienne signe son premier roman à 25 ans et je le trouve plutôt réussi, écrit en 2010 et publié en 2011 en... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juillet 2018

Le chagrin des vivants d' Anna Hope

  A Londres en 1920, elles sont trois femmes meurtries blessées par la guerre elles essaient de vivre ou bien de survivre. Evelyn qui travaille au bureau des pensions après avoir perdu un doigt dans une usine de munitions,  dont le fiancé n’est pas rentré de la guerre, et dont le frère adoré a survécu  mais  il est dans un état psychologique désastreux. Ada dont le fils unique Michaël n’est pas rentré de la guerre,  a sombré dans la folie  et voit son fils partout. Et puis il y a Hettie jeune et jolie... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 juin 2018

Le dernier gardien d'Ellis Island de Gaëlle Josse

Gaëlle Josse nous explique dans un A propos de………à la page 185, la raison de l’écriture de ce roman et franchement j’aurais préféré le lire au début du livre. …………« En août 2012, je visitais à New York Ellis Island, aujourd’hui transformée en un musée de l’Immigration, à quelques brasses de la statue de la Liberté. Comment expliquer la fulgurante émotion dont j’ai été saisie dans ce lieu chargé du souvenir de tous les exils ? Comment expliquer l’état second, à la fois vertige et apnée, dans lequel j’ai parcouru ce lieu... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2018

La maison atlantique de Philippe Besson

Un père et son fils (dont on ne connait pas les prénoms ) sont réunis dans la maison de famille en bord de mer sur la côte atlantique. Dès la première page l’atmosphère du livre est annoncée, le narrateur qui est le fils annonce : « Je suis orphelin,…………J’avais seize ans quand j’ai perdu ma mère, dix-huit lorsque mon père est parti. » Page 40, je souffle car ce livre se lit rapidement, les chapitres sont courts et nombreux, le rythme est soutenu, l’écriture est précise mais j’ai l’impression de « déjà... [Lire la suite]
Posté par Mare tea ne à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :