Des Livres et des Paillettes

18 février 2019

Gioconda de Nikos Kokantzis

41+trSTsOPL__SX210_

Nikos Kokantis n’a écrit qu’un seul livre celui-ci, un petit récit autobiographique de 94 pages écrit avec son cœur et ses souvenirs. Ecrit 30 ans plus tard pour que la mort de Gioconda ne tombe pas dans l’oubli ce roman revient sur la rencontre de Nikos et de Gioconda leur éveil à l’amour avant la séparation. En effet nous sommes en 1943 1944 en Grèce c’est la guerre, la famille de Nikos habite à côté de celle de Gioconda mais Gioconda est juive et sera déportée à Auschwitz d’où elle ne reviendra pas. L’auteur puise dans ses souvenirs pour faire renaître cette jeune fille qui fut son premier grand amour de jeunesse et surtout la découverte de l’amour. C’est simple émouvant mais je trouve que les sentiments  des deux amoureux ne sont pas beaucoup exploités et que c’est essentiellement la découverte de leurs corps qui occupe la plus grande partie du roman. Belle lecture et bel hommage à ceux qui ne sont pas revenus afin qu’on ne les oublie pas !

 

Posté par Mare tea ne à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


18 janvier 2019

Einstein, le sexe et moi d'Olivier Liron

31ubi0te9EL__SX368_BO1,204,203,200_

Déçue mais quelle déception ce roman ! Souvent lorsqu’un livre a enflammé la toile jusqu’à avoir un prix et que moi lectrice et petite blogueuse je passe à côté j’écris comme beaucoup d’autres blogueuses « je n’ai pas réussi à entrer dans ce livre » « ce n’était pas le bon moment » etc ………je m’excuse presque de pas avoir aimé ce qui est ridicule en soi.

Mais là ce roman, classé devant La longue impatience de Gaëlle Josse devant Le Lambeau de Philippe Lançon dans le prix des blogueuses  je suis dubitative et presque en colère d’abord parce que je viens de dépenser 18 €. Donc revenons à ce roman qui n’en est pas un d’ailleurs puisqu’il est autobiographique, il a 192 pages dont la moitié retranscrit une émission de Julien Lepers question pour un champion à laquelle participe Olivier Liron donc la moitié est inintéressante même si elle permet à l’écrivain de faire le lien avec sa vie. Oui c’est original oui c’est décalé oui c’est émouvant oui il a souffert oui il écrit bien oui il a de l’humour, les métaphores un peu ça va à la longue c’est lassant. Voilà un compte- rendu rapide aussi rapide qu’on lit le livre mais peut-être qu’au fond je suis passée à côté !!!!,

Posté par Mare tea ne à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 janvier 2019

la nuit des béguines de Aline Kiner

v_book_600

Avec ce roman historique j’ai  plongé en plein moyen âge vers les années 1310 à Paris dans le quartier du Marais et j’ai découvert  la vie des béguines, ces femmes de l’ombre que je ne connaissais pas. Isabel  l’intendante est celle qui occupe le premier rôle dans ce roman c’est elle qui organise dirige décide complote dans cette communauté, elle connaît grâce à sa grand-mère le pouvoir des plantes qu’elle cultive dans son potager, elle soigne autant l’âme et le corps, d’elle émane une grande bonté. Le roman commence par la description de la mise à mort d’une femme sur un bûcher, sur cette place il y a aussi un homme Humbert qui assiste au spectacle il remarque une jeune fille rouquine cachée sous un capuchon. C’est Maheut une jeune femme qu’on va suivre durant 4 années. L’auteure va nous dresser les portraits de ces femmes qui ont fui le mariage ou le remariage parce que veuve et qui veulent rester libres  de vraies héroïnes, des femmes courageuses et admirables qui refusent l’autorité de l’homme mais le clergé veille et surveille. J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce roman les descriptions mais j’ai trouvé qu’au début le côté historique l’emportait sur le côté roman, et que l’histoire avait du mal à se mettre en place j’ai nettement préféré la fin qui se concentre sur Maheut Leonor et Ade. Un bon moment de lecture, une belle découverte qui m’a fait penser à Jeanne Bourin dont j’avais adoré les livres il y a quelques années enfin en 1980. Belle écriture un peu trop chargée à mon goût.

 

 

Posté par Mare tea ne à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2019

Avec toutes mes sympathies d'Olivia de Lamberterie

CVT_Avec-toutes-mes-sympathies_5239

Lorsque la lecture d’un livre est un énorme coup de cœur parfois les mots pour rédiger « Le Billet » ne viennent pas et c’est exactement ce qui m’arrive. (Cela fait deux mois que je l'ai lu et je recule constamment le moment de finaliser ce billet ) Olivia de Lamberterie chroniqueuse célèbre a pris la plume, comme elle sait si bien le faire pour nous donner envie de lire ses coups de cœur,  mais là c’est pour nous raconter un moment de sa vie, un moment douloureux et révoltant : la mort par suicide  de son jeune frère Alex, on partage alors ses failles ses colères ses blessures. Submergée  par sa peine elle comprend que seule l’écriture lui permettra de garder une trace de ce frère adoré. Ce récit – ni roman ni document- est bouleversant et tellement drôle qu’on le lit d’une seule traite. Avec beaucoup d’humour, une écriture fluide, un style tantôt littéraire et raffiné  tantôt  familier et basique avec des titres de livres distillés ici et là, Olivia de Lamberterie nous emmène au plus près de cette famille bourgeoise originale. J’ai ri de bon cœur, j’ai souri, j’ai  pleuré de vraies larmes  ce livre peut devenir une thérapie pour quelqu’un qui n’arrive pas à sortir la tête de l’eau après un deuil car Olivia traite tous les sujets les problèmes qui suivent un décès et cela sans tabou sans pathos mais avec un réalisme troublant. Impossible de ne pas conclure ce billet par les derniers mots d’Olivia de Lamberterie dans ce roman magnifique «  Ta mort nous a rendu vivants ». Je ne raconterai pas plus ce livre car mes mots mes phrases seraient tellement médiocres face à l’écriture d’Olivia de Lamberterie que je  vous laisse le découvrir.

J’ai eu la chance d’écouter l’auteure présenter son livre au Havre un moment de grâce où l’on hésitait à respirer.

 

Posté par Mare tea ne à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La chance de leur vie d'Agnès Desarthe

desarthe

Trois personnages  Hector grand professeur, Sylvie la femme d’Hector et Lester le fils sont dans l’avion à destination des états Unis où ils partent habiter c’est « la chance de leur vie »  Hector est nommé professeur dans une université. Dès le début on sent dans l’avion que ces trois personnes ont un problème de communication et que l’adaptation ne va pas être facile, leur relation paraît chaotique. Le début est un peu lent et je perds vite le fil de l’histoire ; victoire page 68 l’auteure change de rythme et je suis ravie mais cela ne va pas durer. C’est Sylvie le centre du roman mais elle n’a pas réussi à me toucher même ses histoires drôles de machine à laver même ses sculptures en forme de légumes et de chaussures m’ont laissée de marbre. La douce folie du fils Lester qui ne répond qu’au nom d’Absalom Absalom et qui semble ne pas toucher terre m’a ennuyée. Je suis restée sur le bord du chemin tout au long du livre pourtant j’ai lu plusieurs romans d’Agnès Desarthe avec plaisir, j’aime écouter ses interventions mais là dans ce roman j’ai eu l’impression que tout sonnait faux.

Posté par Mare tea ne à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Les petits garçons de Théodore Bourdeau

9782234086371-001-T

Deux petits garçons, le narrateur dont on ne connaîtra pas le prénom et Grégoire son meilleur ami vont ensemble sous nos yeux passer de l’enfance à la vie adulte  même s’ils viennent de familles très différentes ils sont amis depuis la maternelle et le resteront malgré des parcours très différents : leur point commun ils vont oublier de grandir. Dans un monde ultra contemporain, les évènements qui vont jalonner ce roman sont ceux que nous avons vécus devant notre poste de télévision ou lus dans la presse ces deux dernières années même si aucune date aucun lieu ne sont cités. L’écriture est très agréable pas trop de détails mais quelques anecdotes drôles, le roman se lit facilement, on suit tout de suite les deux personnages. Les chapitres très courts sont  introduits par une phrase simple qui les résume bien par exemple : « Je suis né heureux » chapitre 1 « Grégoire était mon ami » chapitre 2 «  J’étais un élève appliqué » chapitre 3 etc…….C’est concis simple et précis enfin bref ce que j’aime : le début est donc très prometteur ! Dommage car je vais vite m’ennuyer même si j’ai trouvé beaucoup de développements intéressants comme le monde du journalisme, la réussite sociale, la politique. J’ai trouvé le titre un peu mièvre par contre à la lecture on mesure le travail de l’écrivain, la réflexion sur la mise en page c’est un premier roman soigné et bien construit mais  un roman de petit garçon . J’ai reçu ce livre dans le cadre du prix des lectrices de version fémina et hélas  ma conclusion a été la suivante  :  je ne recommande pas. 

Posté par Mare tea ne à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 décembre 2018

Un loup pour l'homme de Brigitte Giraud

giraud

Mars 1960, Antoine  et Lila,  jeune couple idéaliste un peu innocent et inconscient, découvrent  que Lila est enceinte. Lila désire avorter et Antoine ne se sent pas concerner. Il vient de recevoir son avis pour partir en Algérie comme infirmier. Lila incapable de rester seule le rejoint à Sidi-Bel-Abbés où elle accouchera. L’un comme l’autre vivent dans un autre monde et ne mesurent pas la dangerosité de leur environnement. Antoine va découvrir ce que veut dire l’expression « prendre soin » dans cet univers hostile ; avec douceur et compassion, il va s’occuper de ces corps abimés meurtris amputés et surtout il va s’occuper d’Oscar un soldat traumatisé par son accident qui se mure dans le silence. Cette relation va le bouleverser. Ce roman ne m’a pas du tout transportée j’ai eu l’impression de lire en spectatrice et de rester sur le bord du chemin, l’écriture est agréable la lecture facile par contre je n’avais jamais entendu parler de femme qui était partie rejoindre leur mari en Algérie pendant la guerre. En lisant des critiques j’ai découvert que cette histoire un peu romancée était celle des parents de Brigitte Giraud. Un bon moment de lecture c’est tout !

 

Posté par Mare tea ne à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2018

Prix de la Galerne 2019

Mesdames, Messieurs, 

Nous venons d'effectuer le tirage au sort du jury La Galerne et nous vous informons que votre nom a été retenu. Nous allons maintenant commander les livres de la sélection. Nous vous préviendrons lorsque vous pourrez venir chercher votre premier livre.

Vous aurez jusqu'à fin mai pour lire les six livres de la sélection. Vous pourrez noter les titres de 0 à 10. Entre mars et mai, nous organiserons trois rencontres autour de deux livres de la sélection. Ces rencontres seront annoncées dans notre programme et vous serez également prévenus par courriel.

 

 Et voilà je suis passée à la Galerne et les romans sélectionnés sont:

- La chance de leur vie Agnès Desarthe

-Quand Dieu boxait en amateur Guy Boley

-Les cigognes sont immortelles d'Alain Mabanckou

-La révolte Clara Dupont-Monod

-Le douzième chapitre de Jérôme Loubry

-Là où les chiens aboient par la queue de Estelle-Sarah Bulle

J'ai déjà lu Guy Boley et Alain Mabanckou 

 

 

 

Posté par Mare tea ne à 22:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Mille petits riens de Jodi Picoult

9782330096656

Un gros pavé de 572 pages au titre bien choisi et à la jolie couverture, que j‘ai eu du mal à lire beaucoup trop de détails des longueurs ( une page pour expliquer comment on fait des hamburgers) et un manque de sympathie pour les personnages mais je suis allée au bout quand même donc il n’est pas si mauvais. Trois personnages se partagent ce roman choral Ruth une infirmière noire, Kennedy une jeune avocate blanche et Turk un raciste  qui évolue dans un mouvement violent pour la suprématie blanche. Ces trois personnages n’auraient  jamais dû se rencontrer mais lorsque Brittany  la femme de Turk accouche rien ne se passe comme prévu  le bébé meurt et Ruth est accusée d’assassinat, Kennedy avocate du service publique va la défendre. Le roman tourne autour de ce moment, chaque personnage nous raconte sa vie sa famille ses souvenirs ses rencontres avant le moment tragique. Une grande partie du roman est occupée par le procès et sa préparation et pendant ces 100 pages Turk est absent. Je n’ai pas été passionnée car les rebondissements ne m’ont pas paru crédibles et j’ai trouvé les ficelles un peu grosses, d’ailleurs à la page 447 le juge dit : « C’est un tour de passe-passe » et à une autre page Kennedy dit en lisant des résultats : « Bingo » J’avais le mot sur le bout des lèvres aussi. L’écriture est normale celle d’un roman facile à lire je n’ai noté aucune phrase aucune expression. Le thème du racisme ce grand mal américain est certes présent tout au long du roman mais il manque quelque chose à ce roman pour qu’il soit « captivant et émouvant » comme le dit la quatrième de couverture.

 

Posté par Mare tea ne à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le silence même n'est plus à toi de Asli Erdogan

erdogan

Asli Erdogan est une romancière turque, en 2016 suite à la tentative de coup d’état de juillet elle publie dans un journal pro-kurde des chroniques qui ne plaisent pas, ces chroniques l’enverront dans la célèbre prison de Bakirköy à Istanbul et seront publiées en France dans un livre : « Le silence même n’est plus à toi ». 29 chroniques courtes que je n’ai pas lues à la suite, j’ai commencé cet été, car il faut souffler respirer faire des pauses pour pouvoir apprécier la belle langue concise et poétique de Asli Erdogan, et pour mesurer la tension la force l’oppression de son monde. J’ai même abandonné certaines chroniques pour y revenir plus tard car la lecture est assez difficile et intense ; mais celle qui m’a le plus touchée c’est celle de la page 53 « DANS UN IMMEUBLE EN FEU » qui pose le problème essentiel lorsque qu’une catastrophe une guerre arrive : Est- ce que c’est réel vrai ou bien est- ce une illusion ? L’auteure aborde tous les sujets qui ont fait sa vie : la liberté, l’enfermement, la vérité, le courage la violence et  avec pour seule arme le stylo et les mots, elle regarde autour d’elle et écrit inlassablement ses journées. Un livre de chevet à lire tranquillement.

 

Posté par Mare tea ne à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :