Des Livres et des Paillettes

08 décembre 2016

Repose-toi sur Moi de Serge Joncour

JONCOUR

Au lieu de commencer à vous parler de ce magnifique livre je vais vous parler de la rencontre à laquelle j’ai participé à la Galerne au Havre avec cet auteur.

Serge Joncour arrive devant vous pour la rencontre, il est grand costaud terrien timide et tout de suite vous voyez Ludovic le héros de son dernier livre mais aussi Serge l’Ecrivain national et c’est alors un réel plaisir un petit moment de bonheur de l’écouter. Quand il nous parle de ses personnages il les voit mais nous aussi comme il nous dit « Ecrire un roman c’est avoir une double vie »

Deux voisins que tout oppose qui habitent  Paris se rencontrent : Ludovic un agriculteur qui a été obligé de changer de profession et Aurore une styliste mère de deux enfants mariée à un bel américain. En les suivant nous traversons Paris, redécouvrons la Seine et ses méandres, la vie parisienne contemporaine avec ses inégalités le côté cour et le côté rue en effet Aurore habite la partie noble de l’immeuble avec une belle entrée et Ludovic prend l’escalier  de service. On va aussi se promener dans la campagne où le monde rural doit aussi faire face aux changements on y rencontre les parents de Ludovic un père taiseux et une mère qui s’enfonce dans la maladie. Aurore et Ludovic  vont se rencontrer se découvrir et s’aimer. Un roman vrai sur notre époque Serge Joncour n’invente rien il observe il regarde il dissèque il écoute et puis il l’écrit et il l’écrit tellement bien que cela fait un roman formidable. Ce que j’aime chez lui c’est ce regard bienveillant qu’il porte sur les gens sur son voisin sur les petites gens  et surtout il le fait avec délicatesse avec humour avec retenue avec finesse et exactitude. Il égratigne à souhait le monde des affaires des arrangements de la finance de la politique qui ne sont basés que sur la tromperie et le mensonge. Un portrait pas très gai de notre monde contemporain mais très réaliste. L’amour lui est toujours présent et toujours possible ? la bonté est une noble cause et le partage bien réel. Un grand coup de cœur !

 

Posté par Mare tea ne à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


07 décembre 2016

Terres de Paroles 1 ère rencontre

sans-titre

 

Hier soir mardi 6 décembre nous avons eu notre première rencontre de l'année, j'ai retrouvé plusieurs jurées de l'an dernier et ça c'était très sympa .Changement dans le choix des romans cette année ce sont  six premiers romans qui nous sont proposés et seulement 18 pièces de théâtre au lieu de 21.............

Entre Le Fils du Feu de Guy Boley et Anguille sous roche de Ali Zamir la majorité a préféré Fils du feu ...........comme roman

dans la catégorie théâtre : Clouée au sol de Georges Brant a reçu aussi l'unanimité parmi les jurées.

Prochaine réunion le 10 janvier et deux romans à lire Petit animal sauvage d'Anne Françoise Brillot et Celui là est mon frère de Marie Barthelet et bien sûr 6 pièces de théâtre

Posté par Mare tea ne à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2016

Anguille sous roche de Ali Zamir

CVT_Anguille-Sous-Roche_1312

Quelque part dans l’océan indien une jeune femme se noie. Ses forces l’abandonnent mais sa pensée, tel un animal sur le point de mourir se cambre : dans un ultime sursaut de vie et de révolte la naufragée nous entraîne dans le récit de sa vie

On fait quoi, on fait comment quand on lit et que l’on ne ressent rien………………et que les critiques sont archi positives…………et que c'est un premier roman...........Et que l'auteur Ali Zamir comorien de 29 ans a obtenu le prix Senghor 2016 , qu'il est hyper intéressant à écouter,  que Caroline Moulin Schwartz qui a participé à ce prix m'en a parlé avec tant de passion..........

Moi aussi j’ai la même impression que Anguille sous Roche l’héroïne  de ce roman, drôle de nom me direz -vous ! en lisant je coule, au milieu des vagues j’essaie de nager mais rien rien ne m’atteint j’essaie de mettre la tête hors de l’eau mais rien rien je finis au fond de l’océan. J’abandonne à la page 156 mais oui il y a de bons passages et même de très bons et quand en s’adressant à moi la lectrice l’auteur me dit « Vous qui me suivez dans ma folie………….. » je lui réponds oui je vous suis mais j’en ai un peu marre.  Et puis il y a deux styles d’écriture …………..et tout et tout ………….Je craque.

Mais je vais reprendre cette lecture...........promis!

 

Lu dans le cadre de Terres de paroles 2017

Posté par Mare tea ne à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Fils du feu de Guy Boley

?fils du feu

Beaucoup d’émotions dans ces 157 pages : c’est simple c’est beau c’est triste ! On l’aime tout de suite le petit Jérôme qui a «  cinq, six,  sept ou huit ans » et qui nous raconte son enfance  puis son adolescence et sa vie d’adulte. C’est avec des tableaux de scènes de vie quotidienne décrites avec justesse et une pointe de nostalgie que nous suivons cet enfant. Jérôme habite dans un petit village avec ses parents sa grand-mère sa grande sœur  son petit frère Norbert et les voisins tous plus pittoresques les uns que les autres. Un personnage solitaire Franck qui travaille à la forge jette le mystère dans ce roman il parle peu, travaille avec force et sème le trouble chez Jérôme. Le père est forgeron, la grand-mère étête les grenouilles, la mère avec les autres femmes lavent le linge au lavoir. Mais un drame survient la mort foudroyante du petit Norbert et la cellule familiale  explose : le père qui s’éloigne qui boit, la mère qui s’enferme dans le déni jusqu’à la folie, la sœur qui quitte la maison et Jérôme qui essaie de vivre et surtout de faire des études. C’est dans la peinture que Jérôme trouvera la paix intérieure et le repos. Un magnifique roman sur la famille le deuil  le progrès industriel et des portraits touchants, drôles et très visuels  comme le voisin Mr Lucien et ses joues flasques ou Marguerite -des –Oiseaux. Une écriture recherchée juste, lisse, douce, riche, amusante enfantine parfois bref un énorme coup de cœur pour ce livre qui est un premier roman certes mais Guy Boley a écrit des pièces de théâtre fait des tonnes de métier et on le sent dans son écriture et sa maturité.

Dire tant de choses en si peu de pages : c'est de la magie!

Lu dans le cadre de Terres de Paroles 2017 où je suis jurée

Posté par Mare tea ne à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 novembre 2016

Ecoutez nos défaites de laurent Gaudé

CVT_Ecoutez-nos-defaites_3325

Lui Assem travaille pour les services secrets français elle Mariam est archéologue Ils se rencontrent et passent une nuit ensemble. Elle est confrontée à la folie de Daech qui détruit ses chers trésors mais elle a-t-elle le droit de fouiller le passé ? Si laurent Gaudé s’était arrêté là j’aurais adoré mais……

Je me suis ennuyée dans ce nouveau roman de Laurent Gaudé je m’éloigne de plus en plus de cet auteur. Admirative et passionnée de ses premiers romans, je trouve maintenant la construction de plus en plus similaire et les récits trop historiques et sans intérêt pour moi lectrice. Ce que j’ai préféré dans ce livre c’est le début la fin et la rencontre entre Assem et Mariam mais la vie de ces trois héros chefs de guerre glorieux ou pas – Hannibal le général Grant et Hailé Sélassié-  a été un véritable calvaire à lire. Je crois que je passerai mon tour pour son prochain roman sauf si………………………………….

 

 

 

Posté par Mare tea ne à 19:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


01 novembre 2016

Petit pays de Gaël Faye

9782246857334-001-X

 

 

La vie pour Gabriel était magnifique belle et insouciante dans un petit pays le Burundi où il faisait bon vivre et puis « le début de la fin du bonheur »arrive sans crier gare avec la séparation de ses parents et commence alors pour ce petit garçon et sa sœur Ana une autre vie où la violence la haine la guerre le génocide viennent s’ajouter à son quotidien. Le vol de son vélo par un employé de son père va le chambouler « j’ai senti mon cœur tomber dans mon ventre » Il y a un personnage qui m'a bouleversée dans ce livre c'est Yvonne la maman de Gabriel, maman meurtrie fragélisée inquiète de son avenir dès le début du roman parce que Rwandaise et donc réfugiée au Burundi, on sent son mal être monté et la fin du livre nous le confirme.

De la douceur de la tendresse de la délicatesse de la musique pour nous raconter un monde de brutes. Gaël Faye a su éviter les clichés les trucs macabres et trouver des mots  simples des expressions imagées et des anecdotes drôles qui nous racontent sa vie. Il réussit à nous faire sourire. J’ai beaucoup aimé aussi les quelques lettres de correspondance entre Gaby et Laure surtout quand Gaby lui dit : « Plus tard quand je serai grand, je veux être mécanicien pour ne jamais être en panne dans la vie. » la dernière lettre est tellement belle avec cette image de la neige sur Bujumbura que l’on a des picotements dans les yeux.

Ecrire pour ne pas oublier voilà je pense la démarche de ce très jeune auteur, lire pour s’évader et imaginer une autre vie  ce que fait Gabriel en empruntant des livres chez sa voisine « grâce à mes lectures, j’avais aboli les limites de l’impasse, je respirais à nouveau, le monde s’étendait plus loin, au-delà des clôtures qui nous recroquevillaient sur nous-mêmes et sur nos peurs » Un grand coup de cœur pour ce petit roman de 216 pages  dans lequel j’ai retrouvé un peu de l’ambiance des livres d’Alain Mabanckou  J’ai noté dans ce livre de très belles phrases comme celle-ci « Le génocide est une marée noire ceux qui ne s’y sont pas noyés sont mazoutés à vie »

 

Lu ce livre dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire 2016 Price Minister merci à eux

 

logo_rentreelitteraire

 

Posté par Mare tea ne à 22:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

La maladroite d'Alexandre Seurat

LA MALADROITE

Inspiré par un fait réel, l’auteur nous raconte le calvaire d’une petite fille de 8 ans qui devient le souffre -douleur de ses parents. Tous les témoins de cette tragédie prennent la parole à tour de rôle et donnent leur version des faits leur ressenti leurs soupçons leurs questions………….l’auteur dans un style très strict très simple et sans pathos nous décrit les moments terribles de cet enfant.

Un titre magnifique et très évocateur pour un livre qui bouleverse qui révolte et qu’on lit d’une seule traite. Une histoire qui glace racontée de façon magistrale avec une construction bien menée. Un livre qui dérange qui pose des questions qui met le doigt sur la lenteur de l’administration et qui hélas rappelle à l’enseignante que j’étais des histoires très proches, confrontée parfois à des situations très douloureuses j’ai constaté la manipulation perverse des parents et les déménagements répétitifs pour mieux brouiller les pistes.

A toutes les petites Diana qui vivent dans ce monde les mêmes souffrances les mêmes horreurs à tous les petits Arthur qui pleurent leur sœur et qui devront vivre toute leur vie avec ce poids terrible de la culpabilité. Pourquoi n’ai-je rien dit ? Pourquoi n’ai-je rien fait ?

Posté par Mare tea ne à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Féminine d'Emilie Guillaumin

images

Emma Linarès voulait que sa vie soit intense. Voire héroïque. Grande lectrice, elle se rêvait en personnage de roman.
Un jour, après y avoir longuement songé, elle a franchi le portail intimidant d’un camp militaire.
L’armée. N’était-ce pas là que se vivaient les dernières aventures ?
Sans doute. Mais seulement quand elle aurait appris à s’habiller en moins de cinq minutes, à ramper dans la boue, à se mettre au garde-à-vous, à nommer chaque pièce de son fusil d’assaut et à chanter sa nostalgie virile pour une belle blonde restée au pays

 

Un premier roman pour cette jeune auteure

Un livre que j’ai reçu pour le prix des lectrices de version fémina car c’est sûr ce n’est pas un livre que j’aurais choisi. Une lecture que j’ai abandonnée à la page 160 il en restait 236……………..impossible de rentrer dans la vie d’Emma, personnage froid et austère impossible de m’accrocher à l’histoire, des phrases trop longues, une lecture difficile, un sujet qui ne décolle pas, le monde de l’armée qui ne m’intéresse pas, une couverture moche…………….

Posté par Mare tea ne à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Me re voilà!

Après une grande pause je reprends mon blog mais cela va être difficile de rattraper mon retard je n'ose pas compter mes billets en attente !

Posté par Mare tea ne à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2016

Le gardien de nos frères d'Ariane Bois

9782714471048

Entre 1939 et 1967, de Paris à Toulouse et de New York à Tel Aviv, l'extraordinaire destin de deux êtres fracassés par la guerre.

Rien ne prédestinait Simon et Léna à se rencontrer. Lui appartient à la bourgeoisie juive parisienne, patriote, laïque et assimilée ; il a été maquisard et blessé au combat. Elle est issue d'un milieu de petits commerçants polonais et a réussi à survivre au Ghetto de Varsovie.
En 1945, la guerre leur a tout pris. Chacun de leur côté, ils vont accepter une mission très particulière : rechercher des enfants juifs cachés par leurs parents dans des familles, des orphelinats ou des couvents, quand il s'avère que ceux-ci ne rentreront pas des camps. Simon parce que son petit frère Elie a disparu dans des conditions mystérieuses ; Léna car elle espère ainsi redonner du sens à sa vie. Et cela va les entraîner bien au-delà de ce qu'ils auraient pu imaginer.
C'est l'histoire de deux jeunes révoltés qui, dans une France exsangue, vont se reconstruire grâce à la force de l'amour. De Paris à Toulouse, d'Israël à New-York, un roman d'aventure porté par le souffle de l'Histoire.

 

Une belle lecture à la fois document à la fois  roman. Le côté  document a été pour moi une découverte car si je connaissais le rôle des justes je n’avais jamais rien lu sur les dépisteurs, l’auteure à partir d’un travail méticuleux et d’une enquête bouleversante nous raconte le travail de ces personnes qui partent sur les routes à la recherche de ces enfants juifs disparus pendant l’occupation ; elle nous décrit leurs  conditions de vie qui étaient parfois à la limite du soutenable comme Rebecca traitée pire qu’un animal, leurs changements de religion tantôt pour des questions de sécurité tantôt pour des convictions beaucoup moins glorieuses. Beaucoup d’émotions, une écriture soignée agréable à lire, pas de pathos, des personnages sympathiques font qu’on ne lâche pas ce roman même  si la fin est un peu facile mais surprenante en effet il n’y a pas beaucoup de surprises dans le scénario entre Léna et Simon leur rencontre leur amour leur séparation ni  dans la recherche d’Elie :c’est ce côté roman gentillet qui m’a un peu ennuyée . J’ai aimé l’analyse des comportements complètement différents de  Léna et Simon pour appréhender le retour à la vie normale : « Cabossés par le malheur ils échouent à se réparer ensemble » La violence de l’après- guerre le  retour des camps ou le non- retour le monde des résistants tout cela  décrit avec force et précision  m’a beaucoup intéressée et fait de ce roman une œuvre aboutie et passionnante à lire. Je vous le conseille !

 

 

 

 

Posté par Mare tea ne à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :