v_book_630

Ce roman choral est magistralement organisé par  « la nièce » ainsi nommée dans le livre, née à Paris passant ses vacances à Morne-Galant, elle va à tour de rôle rencontrer sa famille sa tante Antoine sa tante Lucinde et son père Petit-frère, elle va les écouter, recueillir leurs paroles, recouper leurs anecdotes les noter et puis en faire un roman. Je suis d’emblée entrer dans la famille Ezechiel la famille d’Hilaire le grand père veuf d’Eulalie Lebecq décédée très jeune et que Petit-frère n’a pas connu. Famille que l’on va suivre sur une quarantaine d’années d’abord sur l’île puis dans la métropole. Des personnages attachants chantants libres pétillants  plein d’amour les uns pour les autres même quand ils semblent fâchés. Une famille normale avec ses traditions ses croyances  son déracinement ses transmissions, une île qui va se transformer évoluer mais pas dans le bon sens hélas. L’arrivée du roi béton sur cette île est très bien évoquée « le béton n’était pas fait pour notre île à feu » « la grande fête à Lafarge » la modernité a été un fléau. Une autre anecdote m’a beaucoup émue celle où  Petit-frère inlassablement va chercher à récupérer la photo d’Eulalie sa maman dont il ne connaît pas le visage. Bien sûr le personnage d’Antoine la grande sœur femme libre commerçante autoritaire est le plus fort le plus drôle le plus typique. J’ai passé un excellent moment au milieu de cette famille, j’ai lu avec avidité, j’ai appris ce qu’étaient les bumidom ( bureau pour le développement  des  migrations dans les départements d'Outre- mer créé en 1963 par Michel Debré ce système a fonctionné jusqu'en 1981), un roman original riche, bien écrit. Une écriture chantante beaucoup d’amour beaucoup d’humour aussi ! un beau premier roman !

Lu dans le cadre du prix de la Galerne 2019.