Roissy

Dès le début le lecteur découvre que la narratrice est une femme qui se promène dans l’aéroport Charles De Gaulle avec un certain Vlad. Petit à petit on découvre  qu’elle essaie de passer inaperçue, transparente, qu'elle évite les contrôles . On comprend que cette femme sans prénom sans passé sans papier sans argent qui change de destinations avec chaque interlocuteur est une personne étrange qu’elle habite dans les sous-sols de l’aéroport. Dès le début j’ai été emportée par le récit et je me suis posée une multitude de questions : réfugiée d’où ?de quoi ? Que fait-elle ? D’où vient-elle ? Où va-t-elle ? Que fuit-elle ? Mais surtout dès le début cette femme amnésique attachante  m’a intriguée  m’a surtout émue je l’ai adoptée et j’ai poussée avec elle les portes du terminal 2,  j’ai erré avec elle dans les escaliers les ascenseurs, j'ai retrouvé des  brides  de souvenirs  que j'ai assemblés à sa place comme des morceaux de puzzle  et puis j’ai rencontré cet homme, Luc ,qui chaque jour vient attendre sa femme et ses enfants à l’arrivée du vol Rio Paris, vol AF 447 qui n’est jamais arrivé puisque perdu en mer en  2009. Ces deux êtres déchirés par des évènements tragiques vont peut-être repartir pour une nouvelle vie mais vraie celle-ci. Un huis-clos que l’on quitte à regret. Une écriture sobre simple directe fluide  une écriture qui va à l’essentiel. La prochaine fois que j’irai dans cet aéroport je penserai à cette femme et à tous ces SDF qui arpentent les couloirs des aéroports. Un coup de cœur! une belle surprise! A la fin du livre Tiffany Tavernier remercie Michèle Gazier et cela ne m'a pas étonnée car j'aime beaucoup cette auteure qui excelle dans de magnifiques portraits de femme.